Les données du Céréma

Bonjour à toutes et à tous,

Ce topic vise à centraliser les discussions autour du vaste sujet des données produites et portées à connaissance du Céréma.
Plusieurs publications/discussions existent évidemment depuis un moment, ce n’est pas un sujet nouveau.

Le Céréma dispose déjà entre autres choses d’un catalogue de données en ligne dont certaines sont ouvertes.
En 2018, le Céréma a consacré le numéro 66 de son magazine [email protected] au sujet des données ouvertes.
Particulièrement sur ce forum, plusieurs topics évoquent et certains s’interrogent sur la disponibilité, l’existence de telle ou telle donnée à disposition des équipes du Céréma.

Pourtant, je pense qu’il faut agir, aller rapidement beaucoup plus loin. Des données sont déjà disponibles, certes mais ce n’est pas suffisant.
La démarche d’ouverture devrait être un automatisme, présent dans tous les projets menés par cet EPA, particulièrement auprès de personnes publiques.
Cela évidemment dans le but d’accéder à des contenus d’une très bonne qualité, compte tenu des compétences reconnues des équipes en place et aussi de pouvoir permettre une plus large collaboration avec la multitude, comme il est souvent d’usage en matière de données ouvertes.

Le programme d’inventaire des ponts est un exemple emblématique de ce manque d’ouverture. C’est une tâche titanesque, débutée suite au drame italien du pont Morandi et du rapport sénatorial français qui en a découlé : nous connaissons mal nos ponts et un inventaire doit être entrepris.
Le 24 janvier dernier, la position officielle était que les données seraient publiques une fois la collecte terminée et c’est une très mauvaise pratique.
Le Céréma est-il le seul à inventorier les ponts ? Non : OpenStreetMap indique également disposer de 245 000 segments de voirie qualifiés comme tel.
Le Céréma est en revanche le seul à accomplir le travail de fourmi de documentation de chaque ouvrage, identification des exploitants et évaluation de l’entretien à réaliser si nécessaire.
Pourquoi faudrait-il attendre que ce soit complet pour pouvoir le mettre en perspective d’autres données essentielles à l’aménagement du territoire ? Chaque ouvrage se suffisant à lui-même.
Action rapide : ouvrir ce référentiel des ponts pour les ouvrages déjà inspectés, une bonne fois pour toutes.

D’autres programmes, sur la rénovation énergétique, sur les mobilités, le très haut débit sont menés par le Céréma qui serait une force majeure d’amélioration de la qualité des données communes disponibles sur ce sujets.
Pourquoi ne sont-elles pas partagées ?
Pourquoi moi, citoyen, dois-je repasser derrière pour recréer des référentiels qui existent, même partiellement ? La collectivité se privant par ailleurs de riches synergies.

Il y a désormais urgence, nous ne pourrons pas relever les défis des transitions en menant ces programmes chacun dans notre coin. Il faut partager pour progresser collectivement, parce que les données ne sont pas une finalité. C’est l’infrastructure dont nous avons besoin pour passer à la vitesse supérieure.
Ceci pouvant se faire, pourquoi pas, dans le cadre de certains GéoCommuns.

N’hésitez pas à compléter avec vos expériences et avis sur ce topic qui j’espère touchera les bons organes de décision.

13 Likes