Publication du classement et du rapport du 5e open data barometer


(Samuel Goëta) #1

Hello,

l’Open Data Barometer nouveau est sorti.
https://opendatabarometer.org/?_year=2017&indicator=ODB

On remarquera que le Royaume-Uni pour la première fois n’est plus en tête du classement. La France est 4e avec ce classement :

Plus intéressant que le classement qui est franchement réducteur, je vous conseille de lire le rapport qui pointe un risque de stagnation de la France sur le sujet de l’open data. A part le rapport Vilanni, on ne peut pas dire que le nouveau gouvernement se soit emparé du sujet.

Le gouvernement a fait des progrès impressionnants au cours des dernières années, particulièrement dans les secteurs de l’impact économique et social. Toutefois, dans d’autres domaines, comme le soutien à l’innovation et les données ouvertes au niveau infranational, un bon départ il y a cinq ans semble stagner. Cela peut être lié à sa récente transition politique. Néanmoins, le président français Emmanuel Macron a exprimé l’engagement du gouvernement en faveur de l’ouverture et de l’innovation et nous espérons que cet enthousiasme se reflète dans les indicateurs des futurs baromètres. La France serait ainsi de nouveau en lice pour la première place.

Enfin, je note que la Web Foundation rejoint la stratégie “publishing with a purpose” de l’Open Data Charter qui consiste à passer d’un modèle où les gouvernements publient des données par défaut sans chercher à répondre aux besoins des usagers à une vision dans laquelle la demande guide l’ouverture et répond à des problèmes concrets (un peu comme l’a fait Open Contracting Partnership).

Au cours des dernières années, il est devenu évident que l’ouverture des données exige une approche pratique. Après une première ruée vers “toutes les données brutes maintenant”, la communauté de l’open data se demande maintenant “pour quoi faire ?” Les portails de données ouverts sont faciles et bon marché mais, pour être bien fait, l’open data demande du temps, des ressources et une compréhension claire de ce que les données doivent accomplir. Si les gouvernements croient vraiment à l’open data, ils doivent :

  • Identifier les défis que les données gouvernementales peuvent aider à résoudre, et travailler en collaboration avec les communautés qui peuvent aider à produire un impact.
  • S’engager à publier des jeux de données clés qui sont essentiels pour relever les défis et qui profiteront aux communautés.
  • Suivre et adapter: étudiez l’impact de la publication des jeux de données, puis apprenez et adaptez-vous pour maximiser les bénéfices de l’ouverture des données.

(Christian Quest) #2

Si ce “publishing with a purpose” inclut aussi “publishing what is requested”, ça me va :wink:


(Samuel Goëta) #3

Ca devrait être la base :slight_smile: L’idée c’est d’aller aussi vers “publishing how it is requested”. C’est intéressant de regarder par exemple comment le standard d’Open Contracting (OCDS) a été conçu à partir des cas d’usages et des besoins des usagers : http://standard.open-contracting.org/latest/fr/getting_started/use_cases/


(Samuel Goëta) #4

Suite à la publication du Barometer, l’Open Data Institute a publié un billet pour dénoncer les promesses non tenues :

“Les promesses en matière d’infrastructure et de développement communautaire ne sont toujours pas tenues : depuis des années, les gouvernements qui se sont historiquement bien classés dans le Baromètre promettent d’investir dans l’infrastructure nationale de données et la création de communautés autour des données ouvertes. Mais ces conversations se poursuivent année après année avec très peu d’investissement réel.”

https://theodi.org/article/odi-responds-to-open-data-barometer-leaders-edition-from-promise-to-progress