Gestion de référentiels dans le cadre d'un schéma parcelle agricole

Bonjour,

Vaste sujet autour de data management.
Dans le cadre d’un projet, nous souhaitons pouvoir proposer un schéma ouvert d’une parcelle agricole. On s’oriente vers quelques chose de très simple (core), qui peut être étendu par la suite.

Le schéma est assez simple en soi . On part sur un GeoJSON avec 4 attributs :

  • forme géographique
  • espèce
  • variété
  • date d’implantation

Nous avons deux référentiels espèces et variétés, qui peuvent évoluer dans le temps.
Avez-vous des astuces pour gérer le versionning et permettre à un acteur de récupérer le delta entre une v1.0 et une v1.1 par exemple ?

Théo-Paul

Un « référentiel » sans identifiant unique pour y faire référence est-ce bien un référentiel, ou plutôt un modèle de données ?

Bonjour Christian,

Nous avons abandonné l’espoir depuis longtemps d’avoir un référentiel des parcelles agricoles (vu qu’elle changent tous les ans !). La gestion de référentiels porte sur les variétés et espèces :slight_smile:

J’avais intitulé avec le terne « schéma » - qui me semblait bien correspondre avec l’initiative d’Etalab - http://schema.data.gouv.fr - mais si le terme modèle de données te semble plus adapté, je peux le modifier !

je n’ai pas bien compris ce que tu veux versionner : le schéma, les référentiels, ou les données diffusées en conformité avec le schéma ?

1 Like

Bonjour Joel,

C’est surtout les référentiels utilisés dans le schéma de données, que je voudrais être en mesure de versionner (bien que versionner le schéma de données avec ses extensions puissent être pertinent).

L’idée étant de permettre aux différents acteurs de (i) pouvoir télécharger une ou l’autre des versons des référentiels ou un différentiel entre deux versions (ii) pouvoir identifier rapidement les différentes modifications apportées (ajout, modification, suppression)

Je m’interroge donc sur les outils et/ou bonnes pratiques à mettre en oeuvre.
En espérant que cela soit plus clair :slight_smile:

Bonjour,
Même remarque que @cquest sur l’identifiant unique.
Pour versionner deux jeux de données dans une base de données c’est assez simple et assez compliqué :slight_smile:
Il faut utiliser la réflexivité. Vous en avez un exemple ici :
Utilisation de DFI - Base de Connaissances du GIRTEC - Confluence (atlassian.net)

Vous pouvez simplifier la chose si vos parcelles ne font que changer d’attribut, mais comme dans la vraie vie, elles se divisent, elles se réunissent autant modéliser au plus proche de la réalité :slight_smile:

Bonjour Christophe,

Merci pour votre retour.

Il n’est pas prévu d’attribuer d’identifier unique aux parcelles, mais plutôt aux référentiels espèce et variété utilisé. Comment faciliter au mieux la vie de l’utilisateur ? Est-ce une bonne pratique de pouvoir faire mention des référentiels utilisés dans l’objet ? (exemple ci-dessous)

Cela donnerait quelque chose du genre :
{ « type »: « Feature », « geometry »: { « type »: « Polygon », « coordinates »: [ [ [100.0, 0.0], [101.0, 0.0], [101.0, 1.0], [100.0, 1.0], [100.0, 0.0] ] ] },
« properties »: {
« plot_label »: « Parcelle du petit bois »,
« species »: { « id »: 12, " label": « BTH », « ref » : https://www.xxxx.fr/species/v0.5 },
« varieties » : { « id »: 24, « label »: « TOISONDOR », « ref »: https://www.xxxx.fr/varieties/v0.5 },
« sewing date » : 2020-09-24
} }

Je m’interroge ensuite sur la meilleure façon d’exposer ces référentiels mais surtout les différentiels entre deux versions.

EDIT : mise en forme

species/varietes: il n’y a pas de taxomonie existante et en clair comme ce qu’on peut utiliser dans OSM (taxonomie en latin) ?

Ce serait quand même plus simple d’adopter à la base la même modélisation, voir :

Pour la référence exacte des semences c’est une autre histoire, là je ne connais pas.
Les trouve-t-on dans wikidata ? Si oui, faire référence au Qxxxxx correspondant permettrait ensuite d’explorer tout ce qui se lie à ça.

Il existe plusieurs taxonomies, chacune ayant ses usages et son besoin de précision (la plus précise : blé tendre d’hiver, certains se contenteront de blé tendre, voir de blé tout court).

@cquest, j’ai essayé d’accéder aux données d’espèce (extraire un tableur par exemple); mais je ne suis pas du tout familier de wikidata. Est-ce qu’il y a une marche à suivre particulière ?

Pour les espèces il a beaucoup de travaux autour de ces questions d’identifiant avec des LSiD, ou des Uri dereferentiale dans la communauté de la biodiversité.

Pour la taxonomie française, il faut aller voir du côté de Taxref et de l’inpn. Taxref est versioné mais ça ne résous pas le problème du split.
Pour les cultivars il faut aller voir du côté de floriscope (plante et cite)

Enfin pour le schéma de données après notre experience récente sur le shema de l’arbre je dirait qu’il faut une masse critique de données pour que le schéma devienne un standard.

A refaire, je partirait sur le schéma le plus représenté comme base de travail.

Appelez moi au besoin
0609576653

2 Likes

Tu as déjà travaillé avec Léo Magnin ? Sur ces thématiques là, il pourrait avoir des idées super intéressantes. Je ne le connais pas, j’ai juste lu ses travaux. Son étude sur La politique agricole commune et les données retardataires est vraiment à lire : La politique agricole commune et les données retardataires | Cairn.info

Sinon je vais aussi en parler en interne. Je pense que ça peut intéresser du monde.

Dans le Fichier des locaux et des parcelles des personnes morales, il y a une entrée nature de la culture de la parcelle. Mais c’est pas complet et les niveaux ne sont pas les mêmes dans la liste : c’est très détaillé pour les forêts et pas du tout pour les types de culture :
Terrains à bâtir
Terrains d’agrément
Bois
Futaies Feuillues
Futaies Mixtes
Oseraies
Peupleraies
Futaies résineuses
Taillis sous Futaies
Taillis simples
Carrières
Chemins de fer, Canaux de Navigation
Eaux
Jardins
Landes
Landes Boisées
Prés
Pâtures ou Pâturages
Pacages ou Pâtis
Prés d’embouche
Herbages
Prés, Pâtures ou Herbages plantes
Sols
Terre
Terres plantées
Vergers
Vignes

Bonjour Emilie,

Merci pour ton retour, je ne connais pas encore Léo Magnin non.
Je vais voir pour lire son étude.

Théo-Paul

Bonjour,
Il s’agit en fait dans la donnée originelle de la nature de culture des subdivisions fiscales d’une parcelle. Cette donnée est déclarative, et normalement contrôlée par la DGFiP dans le cadre des impôts locaux (Taxe foncière sur les propriété non bâties). Cette donnée n’est pas toujours à jour.
Une parcelle peut-être composée de 1 à n subdivisions fiscales, chaque subdivision est identifiée par une lettre. Les subdivisions peuvent être représentées au plan cadastral, mais pas toujours, les subdivisions de lettre j et k ne sont pas représentées.

2 Likes

Merci ! c’est super intéressant comme précisions.