Vite ma dose versus stat-up nation?

Bonjour à tous,

La crise pandémique actuelle me semble avoir mis un important éclairage sur l’ouverture des données et leurs réutilisations auprès du grand public.

Ces derniers jours avec la mise en place de solutions ouvertes et basées sur des croisements de données (Santé Public France et autres plateformes d’inscriptions pour prendre rendez-vous pour se faire vacciner) on voit plusieurs tendances :

  • Mise sous les projecteurs des acteurs proposant ces services,
  • Enthousiasme pour l’ouverture des données,
  • Mise en cause de la puissance publique qui n’a pas pu/su proposer elle-même ces solutions,
  • Parallèle fait entre échec de « tous anti-covid » versus vitemadose (même si n’étant pas sur le même objet),
  • Etc.

Cela m’amène à ouvrir un débat ici : Ces solutions sont-elles un constat d’échec pour la puissance publique ? Une réussite de l’ouverture des données et la démonstration de son importance ?

Il est peu évoquer par contre la privatisation de la gestion des rendez-vous gérés par des prestataires. Ceux-ci pré-existants par ailleurs à la crise actuelle et soutenu pas des investissements publics (via la BPI).

Je me suis dit que le regard de la communauté serait intéressant, au plaisir de lire vous lire.

Pour éclairer cette discussion, deux points me semblent importants à préciser… afin de ne pas ré-écrire l’histoire :wink:

L’ouverture des données françaises sur l’épidémie ne s’est pas faite « par défaut ».

Dans un premier temps, à part des communiqués de presse (en PDF) et des chiffres indiqués aux cours de points de presse, rien n’était publié de façon cohérente et encore moins sous forme de données réutilisables.

Début mars 2020, une petite équipe s’est montée pour collecter les chiffres des décès, des cas confirmés dans ces fameux PDF publiés par les ARS ou le Ministère de la Santé. Cela a été mis sous forme de données structurées et publié sur github. J’ai participé à ce démarrage (vous n’avez qu’un peu moins de 2000 commit à remonter dans l’historique).

Nous avions besoin à l’époque de suivre ce qu’il se passait, savoir à quel point on avait encore le contrôle ou pas sur ce nouveau virus, ce qui m’a permis d’écrire cet article le 13 mars 2020:

https://cq94.medium.com/covid19-ce-que-disent-les-chiffres-agir-vite-et-fort-d7fd54a66c2d

Puis un dashboard a été créé sur son temps libre par la team géo d’Etalab pour faciliter la visualisation des données ainsi crowdsourcées :

https://veille-coronavirus.fr/

Oui, ce dashboard redirige désormais sur https://dashboard.covid19.data.gouv.fr/

Je ne connais pas les détails qui ont fait que petit à petit des données ont été publiées et que la communication du gouvernement a repris ce travail à son compte. Ces données crowdsourcées ont sûrement eu un rôle du genre « c’est à nous de le faire pour que ce soit fiable… et qu’on ne soit pas ridicules et critiqués de ne pas le faire ».

L’ouverture des données n’est vraiment pas allée de soit. Même Guillaume Rozier, s’est retrouvé à un moment à recevoir de la main à la main certaines données, non ouvertes car sa notoriété avait rendu une de ses demandes publiques difficile à ignorer par les autorités.

Après quelques critiques sur ce régime de faveur, il a eu une réaction très salutaire en refusant d’utiliser les données qu’il recevait ainsi, tant qu’elle ne serait pas ouvertes, publiées et réutilisable par tous. Un grand merci à lui !


vitemadose

Il faut là encore rappeler qu’il n’y a pas de données ouvertes et publiées. Ce service n’existe que grâce au scrapping fait sur les plateformes de réservation en ligne. On ne peut vraiment pas parler d’opendata !

Faire appel à un prestataire privé quand on ne peut pas déployer dans l’urgence une solution maison peut se comprendre. Ne pas exiger de ce prestataire de fournir des données pour fluidifier le service est par contre vraiment dommage.

Le site du ministère qui liste les centres de vaccination y aurait énormément gagné, car aujourd’hui ce n’est qu’un annuaire, incapable d’indiquer où l’on peut effectivement se faire vacciner. Du coup, les données scrappées par vitemadose sont plus ou moins réutilisées ou en passe de l’être (car je n’ai rien vu pour l’instant).

vitemadose n’est pas non plus la panacée… pour trouver où me faire vacciner, j’ai dû m’y reprendre à plusieurs fois car même si des créneaux étaient semble-t-il ouverts sur doctolib, ils pouvaient être réservés à tel ou tel type de personnes éligibles… ce qu’on ne découvre qu’à la fin du processus de prise de rendez-vous dans certains cas.

Le processus de vaccination, ces prises de rdv, l’absence de gestion en mode « file d’attente » donne au final une expérience utilisateur digne d’un hygiaphone numérique où si l’on n’est pas à l’aise on se perd et se décourage sûrement facilement.


StopCovid / TousAntiCovid

Un projet d’appli a été imaginé à la DINUM par les équipes de beta.gouv.fr, mais sans portage interne. Du coup, champ libre à StopCovid qui n’a rien stoppé du tout (arrivé trop tard pour la 1ère vague, présenté pour éviter la seconde avec le succès qu’on connait).

Renommage… mais pas plus d’efficacité, car son échec était mathématiquement prévisible dès le départ, comme je n’ai cessé de le répéter à l’époque de sa conception, quand le débat se tenait bien plus sur les données personnelles et le traçage.

https://cq94.medium.com/tousanticovid-in-efficacite-en-chiffres-8aba1c107113


Je ne tire aucune conclusion nouvelle… le manque d’agilité, la culture du secret, le recourt au privé par perte de compétences dans le public à force d’externalisation, tout cela n’a rien de nouveau c’est ce que j’ai constaté (en partie avec surprise) pendant mes 4 années passées à Etalab.

5 Likes

Concernant CovidTracker, j’ai écrit sur le sujet (sur la partie visualisation utilisée à outrance par les médias et même par le gouvernement) : blog.DavidLibeau.fr » Pourquoi « CovidTracker » a été adopté par le gourvenement et les médias (entre autres)

ViteMaDose est cool sur le papier, mais il y a plusieurs problèmes : utilisation de Google Tag Manager/Firebase, et le scrapping utilise des APIs interne avec des accès. Ils l’ont dit à plusieurs reprises : Doctolib leur à fournit des clés pour récupérer les données. Donc, les données Doctolib sont exclusive pour ViteMaDose. Quand on voit que Santé.fr utilise les données de ViteMaDose, on se demande si c’est un choix ou une contrainte (n’ayant pas de clés Doctolib). On peut d’ailleurs noter qu’ici Guillaume Rozier n’a pas refusé d’utiliser des données fermées ou transmise en exclusivité comme il l’avait fait avec les données gouvernementales début janvier (c.f. Données de vaccinations Covid19 en OpenData - #7 par DavidLibeau)… C’est d’ailleurs le seul moyen que j’ai pu utiliser mon outil de notification : https://twitter.com/DavidLibeau/status/1390618694536019969

Concernant Doctolib, j’ai fait une demande sur les algorithmes et la CADA s’est déclarée incompétente car elle n’a pas estimée que Doctolib était chargé d’une mission de service public sur la vaccination Covid19… :man_facepalming: Je vais normalement attaquer cet avis devant le TA dans les prochains jours.

D’une manière générale, il est en effet clair pour moi que les services publics numériques sont à la ramasse, mais c’est le cas depuis longtemps…

2 Likes

Je pense comme la CADA… Doctolib est un prestataire et la prise de rdv médicaux n’est pas un service public.

Là où ça ne va pas, c’est qu’en se tournant vers ces solutions clés en main, les autorités de santé n’ont pas anticipé le besoin d’avoir ce type d’infos en retour (ne sachant sûrement pas quoi en faire eux-même).

Si jamais elles les ont (aucune idée si c’est le cas), c’est à elles qu’il faut les demander… mais comme bien souvent on imagine sans vraiment savoir comment tout ceci s’articule, car la transparence n’est pas non plus de mise, surtout vues les critiques qu’il y a eu autour de doctolib.
Le montant des contrats avec ces prestataires a-t-il été publié ? Font-ils cela pro-bono ?

Je pense que la gestion de la campagne de vaccination pour bon nombre de centres pilotés par les préfets est une mission de service public + le fait qu’il s’agit de santé publique. L’avis de la CADA est très expéditif (c.f. Avis-20211886.pdf (56,6 Ko) ).

Pas si expéditif… la presta de Doctolib est une commande publique faite semble-t-il via l’UGAP, on est très loin d’une délégation de service public.

Ce n’est sûrement pas le bon angle si tu veux accéder à ces données, c’est le donneur d’ordre qui ici a une mission de service public, qui devrait dans le cadre de son contrat demander la communication de ces informations et les publier… ou demander à ce qu’elles le soit par Doctolib avec un éventuel avenant au contrat.

On est pas loin du cas « grand débat », ou un prestataire a été pris via l’Ugap, que la publication des données opendata n’étaient pas vraiment prévues (donc on a scrapé), mais que ça a été demandé par le donneur d’ordre et fait par le presta (et sûrement avec un coût additionnel).

1 Like

Sauf que commande publique ou délégation de service public, je ne vois pas pourquoi l’un ne serait pas une mission de service public comme visée par l’article L300-2 du CRPA. La vaccination pour le Covid19 constitue selon moi une mission dans le champ définit par l’article L1110-1 du code de santé public et même comme mission régalienne dans le domaine de la défense (« nous sommes en guerre » + conseils de défense + art15 de la constitution).

Petit complément :

https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000043522966

Premier médaillé de l’opendata (et du scrapping donc) :slight_smile:

2 Likes

Notre Stakhanov à nous !

Serait-ce le signe, comme le fait remarquer Alexis Kauffmann, que le sujet des licences libres voire, plus généralement à mon sens, du numérique pour l’intérêt général a enfin trouvé sa place dans le débat public ?

2 Likes

Bonjour,

Sur ce sujet un podcast du monde et une série de tweets d’Émile Marzolf

1 Like

Oui, j’ai aussi vu la réponse d’Elias Orphelin (qui est je crois proche de Guillaume Rozier/CovidTracker) qui a aussi émis quelques critiques/incompréhension sur ce podcast : https://twitter.com/eorphelin/status/1400701175603810304.

J’en profite pour partager les visualisations de la DREES/Ministère de la santé que je ne connaissais pas : Datavisualisations | Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques. Sur le Covid il y a https://drees.shinyapps.io/delais_test_app/.

1 Like

Le podcast répond de mon point de vue au questionnement de Elias Orphelin. Le propos me semble assez nuancé et rejoins l’analyse faite ici même pas @cquest sur les blocages interne à l’État (et non pas un manque de technicité ou compétence chez Etalab ou autres).