Vers des chefs de file pour l'open data ?

collectivités
opendata

(Joël Gombin) #1

Dans cet article sur l’ouverture des données de transport, on apprend notamment que :

le ministère des Transports envisage de confier aux régions et métropoles un « rôle d’animation » de la démarche d’ouverture des données de transports. Ces collectivités pourront d’ailleurs développer un portail Open Data propre à leur territoire, lequel relaiera les données récoltées vers le point d’accès national, « transport.data.gouv.fr ».

(curieux au passage, car s’agissant d’open data, on voit mal ce qui empêcherait une métropole, par exemple, de développer le même type de portail. Dès lors, quelle portée juridique peut avoir cette possibilité laissée aux régions ?).

Ce qui me conduit à m’interroger sur le fait de savoir si on va aller progressivement vers un chef-de-filat des régions en matière d’open data territorial, ou si on pourrait avoir des chef-de-filat différenciés en fonction de la nature des données. Qu’en pensez-vous ?


(Joël Gombin) #2

(pas le sujet de ce file mais cet avant-projet de loi confie aussi des pouvoirs de sanction à l’ARAFER en cas de non-respect des obligations OD… ENFIN !)


(PRIOL) #3

De mon point de vue, cette orientation discutée depuis plusieurs mois n’indique aucune volonté de chef de filat en matière d’open data.

En revanche, il y a un chef de filat en matière de transports et d’organisation des AO (autorités organisatrices). La possibilité offerte aux régions de développer leur propre portail open data est cohérente pour cette compétence, comme il serait cohérent de voir des plateformes départementales sur l’action sociale ou les espaces naturels sensibles par exemple.

L’échelle régionale est d’autant plus pertinente que des simulateurs régionaux existent (exemple : http://www.destineo.fr/fr/) et seront producteurs / consommateurs de data.

Quelques mauvaises langues ont aussi vu dans l’annonce de la ministre sur le rôle des régions, un moyen de briser les ultimes réticences des grands opérateurs nationaux (SNCF en tête) à l’ouverture effective des données. L’éclatement en 13 régions des relations AOT / opérateur pouvant faciliter des expérimentations avant de tout rapatrier sur la plateforme nationale.

A suivre !


(Colin Maudry) #4

Et la Région Bretagne a lancé http://mobibreizh.bzh/fr/ il y a peu. Accompagné du réseau BreizhGo (ah ça on mange du “breizh” à toutes les sauces :frowning: )

BreizhGo, c’est le nom du nouveau réseau de transport public régional qui rassemble les trains TER en Bretagne, les car interurbains (ex Penn-ar-Bed, Tibus, Tim, Illenoo, lignes routières régionales) et les liaisons maritimes avec les îles bretonnes (Groix, Belle-Ile-en-Mer, Houat, Hoëdic, Sein, Molène, Ouessant, Arz et Bréhat).


(Olivier Devillers) #6

En effet, on est dans une logique de compétences. Région = mobilité/ info voyageurs. on va les retrouver sur l’info géographique. Pour le social, on sera sur le département, etc… ensuite la publication obligatoire sur le PAN est non seulement logique mais souhaitée par tous les acteurs/réutilisateurs. Et s’il n’y a pas de porte unique nationale rréée par l’Etat, ce sera le privé qui le fera avec de possibles détournements du projet.