Un beau sujet open data : la réforme du stationnement

collectivités
opendata

(Olivier Devillers) #1

Je tombe sur cet article de la gazette sur la réforme du stationnement et ses couacs:


Pour moi, il y a là un bel exercice à faire en matière d’open data : qui tarife quoi, comment, où, les villes les plus chères…
Autant des données existent sur les emplacements, autant en matière de tarifs, il n’y a quasiment rien… Mais elles doivent être récupérées par l’intérieur (délibérations) et Bercy, non ?
Je pense que ce type de jeu de données aurait du succès @etalab
oD


(Christian Quest) #2

Les délibérations vont peut être en préfecture pour le contrôle de légalité, mais de là à ce que ça soit agrégé sous forme de données, je pense qu’on en est TRES loin !

Des PDF scannés… encore et encore :frowning:


(Joël Gombin) #3

clairement, quand on voit les difficultés que connaît l’open data des vitesses limites de circulation, je pense qu’il y a du boulot…


(Olivier Devillers) #4

Le principal obstacle est politique à mon sens. Car en fin de compte, de quoi parle t on ? d’une délibération tarifaire votée une fois par an dans une centaine de villes… et quand on sait que les opérateurs du stationnement se comptent sur les doigts d’une main et que Parkéon gère 90% des horodateurs, ce n’est pas insurmontable techniquement.
Mais c’est un exercice de transparence qui pourrait générer pas mal de mécontentements. Et les élus n’ont pas envie de donner les bâtons pour se faire battre. C’est toute la limite de l’open data.
D’une façon générale, il y a un vrai enjeux sur les tarifs, mais j’ai peut etre une vision trop usager-contribuable centric.
oD


(Romain Mazon) #5

à mon avis, l’Agence nationale nationale de traitement automatisé des infractions (Antai) a toutes les données, ou au moins une bonne partie. On avait pu travailler avec eux il y a quelques années. Nous avions construit la première carte, et ils l’ont ensuite alimentée (jusqu’en novembre 2017, je vois à l’instant). je viens d’ouvrir l’article, vous verrez en bas le petit encadré.
vu la loi lemaire, il suffirait désormais de demander les fichiers, en principe, non ?


(Christian Quest) #6

Si tu as le nom de la base et le service producteur… il n’y a plus qu’à faire une demande de communication au titre du CRPA.

Si pas de réponse (ou négative) sous un mois, une saisie CADA… etc…


(Joël Gombin) #7

ça peut même se faire sur https://dododata.io :wink:


(Donat ROBAUX) #8

Ce sujet est le même que celui de la taxe de séjour. Y a pas de base unique et on va attendre longtemps avant de l’avoir…