Ratio énergie dépensée par ménage - Open data sur la consommation énergétique

Bonjour,

Une base de données sur la note des nouveaux DPE ( diagnostics ) des habitations est en train de s’ouvrir, permettant la nouvelle existence d’applis cartographiant dans une couleur différente les biens selon la lettre affectée par le DPE ( de A à G). Ces nouveaux DPE ne prennent pas en compte la consommation électrique réelle.

La valeur éthique de cette étude est franchement discutable.

Ainsi, un proprio retraité avec peu de ressources ayant déjà du mal à payer la taxe foncière qui explose ne peut pas se permettre la transition énergétique.
Sa petite maison apparaitra donc en rouge sur la carte et sera montré du doigt comme un « méchant », alors que si cela se trouve sa conso électrique est trés basse du fait qu’il chauffe peu ( genre mon fils qui dort la fenetre ouverte en hiver… :slight_smile: ). C’est juste que la maison est mal isolée mais s’il n’y a pas de dépense d’énergie ( il fait 15 degrés sur la Côte d’Azur à Noël, alors le DPE… ), cela reste un choix personnel.

Par contre une famille trés aisée avec plusieurs véhicules électriques, un chauffage au sol électrique, une piscine chauffée en hiver par électricité ( j’en vois beaucoup ), un jaccuzzi, un frigidaire démesuré, plusieurs machines à laver, des sèches-linges, des séches serviettes, la clim à fond l’été dans toutes les pièces, bref super énergetivore mais bien isolée et aux dernières normes apparaitra en vert et donc comme « un bon sujet » …

Je cherche une variable plus « éthique », montrant par exemple la dépense énergétique REELLE en kwh ( au compteur donc, et non pas la valeur fictive sur les DPE ) par foyer à l’année, le nombre de personnes par foyer restant à déterminer. Par parcelle donc, l’identifiant parcelle étant l’habituel utilisé dans DVF par exemple.

Un ratio consommation / surface habitable serait également injuste, autorisant un riche avec une plus grande maison de consommer plus.

Est ce que vous savez si ce genre de fichier provenant d’Engie ou autre est en Open Data ?

Merci.

1 Like

Je pense que c’est trop granulaire et commence à rentrer sérieusement dans la vie privée.

Bonjour

Outre le bon sens qui semble commander que cela est intrusif (bien que la demande initiale parte d’un bon sentiment, je ne juge pas cet aspect), le code de l’énergie classe les consommations individuelles comme informations commercialement sensibles.
Voir l’article 179 de la LTECV et L111-73 du code de l’énergie.

Dans le détail, toute la section 7 concernée du code de l’énergie, modifié par le décret 2020-196, inscrit les consommations individuelles comme données non publiques (en particulier le 4° du D111-53)

Donc nous n’auront pas une telle base de données, seuls les DPE le sont et ne sont vraiment pas fiables, il faudra par ailleurs apprendre au public à les lire et ce n’est pas une mince affaire.

Je me réponds à moi-même… J’ai pu trouver une solution intermédiaire.
Voilà ce que cela donne sur 1’600’000 relevés de compteur de logements collectifs ( conso annuelle ) en 2018 entre 2021…

L’idée est de repérer les immeubles collectifs dont la consommation moyenne par logement est beaucoup trop élevée pa rapport à la moyenne de la zone concernée, et donc de montrer du doigt un ensemble immobilier et non pas une maison, ce qui serait en effet trop personnel.

Les résultats sont encourageants, et même intéressants. Cela permet à tout un chacun habitant dans un collectif de vérifier la qualité énergétique du bâtiment de manière concréte, et non pas ubuesque ( DPE ).

Cela serait possible pour les unités de plus de 9 logements, sur la consommation annuelle.

Généralement cela est fait à l’IRIS, mais je ne pense pas que chaque IRIS soit qualifiée pour permettre la comparaison avec d’autres zones réputées semblables.

C’est en tout cas une meilleure piste que la conso individuelle pure.

Les adresses IRIS sont problématiques, elles ne sont pas assez précises, il peut y avoir une vingtaine d’immeubles dans une seule adresse IRIS.
Dans mon cas, j’ai les adresses précises, c’est plus intéressant.

Bonjour,
L’Agence ORE a lancé récemment un Forum des experts open data des données élec et gaz, je vous invite à y poser vos questions de ce type, pour éclairer aussi d’autres utilisateurs. (Forum des experts open data | Agence ORE)
Comme cela a été dit, les données individuelles des clients résidentiels ne peuvent en effet pas être publiées en open data. Les données à l’adresse, agrégées par plus de 9 points de comptage, sont accessibles ici : Catalogue Dido | Données et études statistiques
et Enedis propose 2 outils qui peuvent être intéressants :
Consommation résidentielle par adresse - Enedis Open Data — Enedis Open Data
et également Vous êtes un bailleur - Enedis Open Data — Enedis Open Data

2 Likes

Ce sont des données qui sont publiées depuis plusieurs années, ou il y a une différence avec ce dont on parle ?

Le DPE qualifie le bâtiment, pas l’usage qu’on en fait (surtout en matière de chauffage).

Le DPE est aussi assez théorique et la consommation énergétique réelle peut être bien différente de celle théorique, car pas uniquement liée au bâtiment.

Il manque d’ailleurs dans les DPE actuels, l’historique de consommations passées.

1 Like

Exactement @cquest

Mon point est que soit le DPE est jugé non intrusif, dans ce cas la conso électrique ne devrait pas l’être non plus pour rétablir une certaine vérité si le but est de montrer du doigt.
Soit la conso est intrusive et donc le DPE également, et dans ce cas, OK, pas d’ouverture en open-data.

Dans tous les cas, en ce qui nous concerne, nous allons devoir nous poser de plus en plus la question sur l’éthique de certains data, et sur notre responsabilité éthique en tant qu’analystes sur la divulgation de nos lectures et développement de nos outils.

La question n’est pas intrusif ou pas intrusif.
Mais personnel ou pas personnel.

Le DPE qualifie le bâtiment, peut importe à qui il appartient ou qui l’occupe.
La consommation est liée à la personne qui consomme, cela en fait donc une donnée personnelle.

1 Like

Jusqu’il y a peu ( je suis aussi agent immo) le DPE prenait en compte la conso ( sur présentation des factures EDF etc…).
Et justement si, le DPE montre du doigt le propriétaire par transitivité. C’est ce que j’ai écrit au début de cette conversation.

je faisais référence à la phrase suivante du post initial :

Oui tu as raison, j’aurais dû mentionner le mot NOUVEAU avant DPE ( le nouveau DPE ne prend pas en compte la conso). Je corrige. Merci @joel

Seulement dans certains cas (bâtiment anciens dans lesquels on ne connait pas les caractéristiques techniques).
Le calcul du DPE « prend en compte » les factures, mais ne reprend pas directement celles-ci. Ce n’est pas la même chose de publier le résultat d’un calcul ou bien les données qui ont servies à faire ce calcul.
Et comme vous le dites, ce n’est plus le cas depuis le 1er juillet 2021.

À part dans le cas ci-dessus (qui n’est pas si clair, ne représente pas la totalité des DPE, et n’a plus court) je ne vois pas comment.

Je n’ai aucun intérêt à défendre la non-publication de ces données, j’essaye juste de mettre en lumière le point de vue qui, je pense, y conduit : la limite de l’ouverture des données est fixée au niveau des données personnelles.