Open data Impact : proposition pour le défi 8 et le défi 9


(FredKM) #1

La journée de rencontre du programme Open Data impact m’a rappelé une initiative combinant les défi 8 et défi 9 du programme Open Data Impact. Il s’agit d’un compte Twitter pour dénoncer la saleté des rues à Bordeaux. Lire l’article de Sud Ouest.
Il serait intéressant de populariser cette initiative en utilisant des moyens autres que Twitter.


(Samuel Goëta) #2

Dans le même style, ta proposition me fait penser à un sujet important pour la revitalisation des centre-villes, celui des cartes de la vacance commerciale. Dans son livre Comment la France a tué ses villes, Olivier Razemon évoque le cas d’Albi où un habitant a répertorié tous les commerces qui sont devenus vacants en ville. Ca a fait l’objet d’une importante couverture presse :

La carte est assez rudimentaire et est assortie de photos sur Facebook mais l’impact médiatique a été très fort et elle a eu plus de 43k vues.

Ce serait un beau projet d’impact de l’open data que d’outiller les communautés locales qui font face à la désertification des centre-villes et qui veulent se mobiliser. Je sais qu’après le cas d’Albi, plusieurs autres villes avaient des initiatives similaires (je vais essayer de retrouver ça).

Pour le projet Cmarue auquel je suis associé, la disponibilité de ces données un enjeu essentiel pour le développement du service puisqu’on a besoin de ces données pour détecter la vacance commerciale et aider les habitants à se mobiliser pour attirer de nouveaux commerces (poke @nadia).


(FredKM) #3

Ce que tu as posté est très intéressant. J’ai repéré le travail d’une équipe universitaire qui ressemble à ce que tu as décrit dans ton post précédent. Cette équipe universitaire dirigée par Sylvie Laroche a élaboré une interface pour représenter la vacance commerciale dans les quartiers péricentraux de Grenoble. Voici un article qui présente le travail réalisé.


(Samuel Goëta) #4

Super projet, merci je ne connaissais pas


(Tiourtite) #5

Bonjour à tous,
super thread !
la cartographie de la vacance est un vrai enjeu :

  1. pour la mesurer et en constater l’ampleur et l’urgence des mesures (oui les centres commerciaux contribuent à vider les centres ville. L’effet de cause à effet remonte très vite des données.
  2. pour contribuer à son recul, en donnant de la visibilité à des emplacements qui auraient pas été connus de porteurs de projets.
    D’ailleurs leur crowdsourcing est un vrai réflexe de réappropriation de la question des commerces par les habitants : outre ceux relevés par Olivier Razemon, on a eu l’occasion dans le déploiement de CMARUE d’en rencontrer d’autres
    Cf ici l’association agir pour Popincourt : ils ont lancé leur propre atelier OpenStreetMap pour cartographier la vacance http://www.asqpblog.com/compte-rendu-de-la-1ere-reunion-carte-du-22-fevrier-2017.html

et dans CMARUE, aller voir dans le 19 : on a aussi répertorié la vacance et on souhaite ouvrir aux habitants la possibilité d’ajouter les lieux qu’ils ont spottés, prochainement
https://experience.cmarue.fr/commerce/48-rue-sedaine-paris-11

Merci @Samuel pour le Poke !