Impulser un nouveau souffle à l’open data touristique | Etourisme.info

1 Like

Bonjour,
Quel plaisir de voir un lien avec osm ainsi évoqué (je suis un des porteurs du projet dans le seignanx).

Un des freins déjà évoqué avec ADN et datatourisme est, selon moi, d’imaginer ‹ reverser › dans OSM. Il serait plus intéressant que la contribution d’un agent d’ot mette à jour plusieurs bases (le SIT et osm par exemple).

Car publier et ‹ attendre › que cela soit intégré dans OSM ne me semble pas ‹ vertueux › tout comme devoir doubler la saisie dans le SIT et dans OSM…

Et j’ai parfois l’impression que datatourisme recrée, à travers les SIT, beaucoup de POI existants déjà dans OSM…

Lien certainement à développer

Pour moi le mot clef est « industrialisation » à savoir éviter les doublons comme les saisies à répétition, notamment pour les OTSI qui n’ont pas que ça à faire.
J’espère que l’ign, avec l’impulsion de Soriano, va proposer des pistes car entre datatourisme, l’ign et osm, y a vraiment matière à simplifier.
Il faudrait une sorte de socle commun de data pour un POI, chaque base ayant ensuite ses propres spécificités.
À suivre !

oui, en fait je suis persuadé qu’OSM doit être ce socle, le commun existe, la communauté internationale et nationale existe, les pros d’OSM existent, l’ontologie existe, … et ensuite effectivement chacun fait sa base avec « en commun » ce PPDC (plus petit dénominateur commun, c’est pas de moi).

Un PPDC qui comprend par exemple :

  • lat long
  • nom
  • horaires
  • contact (tel, site, …)

et là déjà si tout le monde ne réinventait pas ce PPDC alors cela serait vraiment une avancée !

Et pour rappel, utiliser des données OSM ne signifie pas que toutes les données doivent être mise en OdbL, ici seules les données du PPDC sont en OdbL. Les autres données sont dépendantes de chaque base et des conditions de licences de chaque base :slight_smile:

On parle de base de donnée collective