Des données d'intérêt général dans la mobilité ?

https://www.lenouveleconomiste.fr/donnees-mobilite-lechange-public-prive-61842

2 Likes

Pourquoi attendre les décrets Macron ? Faut-il être proactif et ouvrir toutes les données transports publics par web services ET dans un format métier (OK pour GTFS) ? Oui. Mais… Google Maps, Bing Maps, Apple Maps, Here se servent en premier (en Paca tout au moins) et (risquent) de capter 100% de la valeur. En même temps l’usager il s’en moque… Il veut ses horaires et des nouveaux services numériques mobilité… Alors : (1) faut-il ouvrir massivement les données Transports ? et (2) quelle relation avec les GAFAMs ?

2 Likes

Problématique tout à fait d’actualité et qui revient dans la plupart des collectivités… Du coup :
1/ que penser de la licence ODbL, souvent présentée et utilisée comme “anti Google”?
2/ en lien avec l’article qui initie ce fil, vous avez des réflexions en PACA sur l’accès aux données des opérateurs purement privés type Waze ?

On y a travaillé et on y travaille à l’occasion des Assises de la mobilité. https://www.assisesdelamobilite.gouv.fr/syntheses
Cf notamment les rapports des ateliers de l’innovation et de l’atelier plus connecté.
A émergé notamment la proposition de permettre aux autorités organisatrices d’avoir accès à des données anonymisées d’opérateurs privés pour pouvoir construire et mettre en oeuvre leur politique publique via des licences.

N’hésitez pas non plus à contribuer aux réflexions dans le cadre de la startup d’Etat:


On y travaille notamment sur des CPU qui accompagnent une licence ODbL.
3 Likes

Quand un acteur a bâti son offre, son business en bénéficiant de données publiques ouvertes, la moindre des choses, je trouve, c’est de contribuer à son tour en publiant certaines données qu’il a généré en open data, ou alors de contribuer en reversant les améliorations qu’il a faites à la communauté. C’est là que ça devient intéressant et vertueux.
Pour moi on ne pas parler de “nouveaux riches de la data”, tout le monde a une partie du puzzle, personne n’a le puzzle complet. En revanche, il y a beaucoup de monde qui se croit assis sur un tas d’or.

Je suis très curieux de savoir pourquoi privilégier le format GTFS ? oui c’est un standard de fait, oui c’est le plus utilisé, oui il est plus simple d’utilisation… MAIS si on suit la législation française et européenne il faudrait utiliser comme norme d’échange NEPTUNE qui est présenté comme le “format de référence en France pour l’échange de données d’offre théorique de transport collectif” avec son cousin européen NETEX.

Cette situation est assez symptomatique de l’OD territorial et surtout du choix des standards et normes d’échange, sur la grande majorité des portails OD français par exemple, les données TC sont disponibles en GTFS et très peu en NEPTUNE.

Bref les chantier sur l’interopérabilité sont structurels et nécessitent une vraie réflexion des acteurs ce qui pour le moment est assez peu la cas… pour preuve l’hégémonie du format propriétaire ShapeFile dans le domaine de l’info géo.

2 Likes