Appel à communs de l'ADEME

L’appel à commun de l’ADEME viens d’être mis en ligne.

Nous considérons qu’à l’ère du numérique, il est nécessaire de relier les acteurs de la résilience afin de construire ensemble des ressources communes : plateformes technologiques, données ouvertes, logiciels libres, connaissances, retours d’expérience, protocoles, territoires d’expérimentation. Le rôle de l’appel à communs (AAC) est de rassembler tous les acteurs volontaires pour produire des ressources ouvertes – les communs - et ainsi faire évoluer la résilience des territoires dans une logique d’adaptation aux changements climatiques par la création et le partage de ces communs.

Il y a un défi données ouvertes

L’appel à projet de la Fondation de France est également hyper intéressant.

1 Like

Intéressant…

Quelle place pour un « meta » commun comme OpenStreetMap qui touche tant de thématiques sans en privilégier aucune ?

Nous voyons souvent des projets forts intéressants mais conçus souvent en silos alors qu’ils pourraient se faire au sein d’OSM. On a vu ça avec l’accessibilité, les points d’eau potable (pour ne citer que deux exemples).

3 Likes

Pour OSM, avez vous envisagé de candidater à France Relance / collectivités ? notamment https://france-relance.transformation.gouv.fr/dbbc-developper-lutilisation-de-la-donnee-dans-vot/

Il me semble que c’est un AAP qui s’adresse aux collectivités… pas à des assos comme OSM-FR.

De plus, nous ne sommes pas structurés pour répondre directement à ce genre de démarche souvent lourde administrativement. C’est un choix, fait il y a plusieurs années par le conseil d’administration.

1 Like

C’est une excellente opportunité pour se demander sérieusement comment un plan d’Etat comme France Relance peut alimenter un commun.

Le commun en lui-même se nourrissant des initiatives de chacun, ce sont les initiatives qu’il faut orienter. Aujourd’hui c’est encore trop siloté comme le souligne Christian au dessus.
C’est le cas pour beaucoup de plan d’Etat, avant France Relance lui-même.

1 Like

Je ne comprends pas bien en quoi OSM est un commun différent des autres ? « méta » car inter-sectoriel ? Il me semble que la valeur d’OSM se trouve dans les données hébergée n’est ce pas ? (à ce propos, la coop des communs a entamé un travail (passionnant) sur les coopératives de données.

J’ai l’impression qu’on peut déjà utiliser cet appel par son Wiki (exemple la page de SemApps et sensibiliser la communauté qui se construit autour) ?

La valeur d’OSM est à plusieurs endroits (j’en oublie certainement dans cette liste) :

  • Les données contenues dans le projet
  • La diversité et la richesse de sa communauté
  • La variété de son modèle sémantique

Il est ainsi possible de s’impliquer dans l’un ou l’autre de ces caractères, à sa propre convenance.
Il existe par exemple des initiatives de normalisation ou de modélisation portées par des organismes publics en France qui ne tiennent pas assez compte, parmi bien d’autres sources, du modèle attributaire d’OSM. Ce n’est pas qu’une affaire de données brutes mais aussi de passerelles et d’expérience. C’est plus large que les « données ».

Oui :wink: pardon je n’aurai pas du utiliser le terme valeur mais plutôt ressource pour valoriser OSM par la définition de Ostrom : un commun est une ressource mise à disposition par une communauté dont la gouvernance est auto-déterminée.

Je ne comprends pas trop ce que vous entendez par là.

Avant toute autre chose, OSM c’est une base de données géographique commune (il n’y a qu’une base pour le monde entier et couvrant tous les thèmes). Les fonds de carte ne sont qu’une forme de réutilisation du commun et loin d’être la seule.

« meta » commun, car sans limite thématique.

De plus, la dimension géographique permet des croisements et intersections entre des thématiques qui sinon sont souvent isolées les unes des autres.

En effet ce sont les collectivités qui doivent répondre à cet AAP mais des assos peuvent être impliqués dans les projets pour les réaliser. Le process pour répondre est pas trop lourd et se fait sur démarches simplifiées. Si vous pensez possible d’avoir plusieurs collectivités motivées pour candidater et cofinancer le complément, c’est faisable.

Cela est compatible avec ce que Christian et moi disons.
Les données de la base de données unique et le modèle attributaire sont deux éléments complémentaires qui progressent à leur rythme.

++ - est-ce que ça a du sens de créé un fil dédié à OSM ? (ou peut être qu’il existe déjà ?)

++

Je suis curieux de creuser ce partage :slight_smile: ( que je ne suis pas sur de bien comprendre)

Je m’excuse, j’ai écrit un peu vite ce matin et me rend compte que mon ton n’était pas forcément adéquat.

De là ou je parle, OSM est un commun « comme un autre » (entre plein de guillemets :slight_smile: ) au même titre que Transiscope par exemple. Les thématiques touchées sont diverses, sa singularité (ressource) s’exprime tout de même dans le domaine de la données, c’est un commun informationnel (n’est ce pas ?).

Je suis heureux de voir des rapprochements entre gogocarto et OSM (prestation en cours pour observatoire de l’ESS) qui (j’espère) permettent de favoriser l’émergence d’une pluralité de communs.
Il y a des belles choses à faire dans l’interopérabilité (me semble-t-il) car chaque communauté a des pratiques, des usages qui lui sont propres.
Pour exemple, c’est la « rudesse » de l’interface OSM qui a poussé le développement de gogocarto afin d’avoir un outil plus « convivial » (il y a 4, 5 ans).

J’ai du mal à imaginer une seule base de données qui soit la référence, mais plutôt une pluralité d’acteurs/projets qui partagent des ressources.

Désolé c’est pas très clair dans ma tête et l’écrit aujourd’hui n’est pas ma tasse de thé, mais si ça vous dit d’en discuter de vive voix, c’est avec plaisir.

Même chose pour wikidata… une autre base à vocation universelle, et l’on fait attention entre OSM et wikidata de ne pas fonctionner en silos, mais de s’interconnecter partout où c’est pertinent (liens directs entre les 2 bases par exemple).

C’est un nouveau paradigme qu’on n’intègre pas du jour au lendemain, et c’est normal.

gogocarto comme umap (en partie) sont des outils qui permettent de montrer des informations sur une carte, mais cela ne permet pas de les partager plus largement.

Exemple: https://paysdebray.gogocarto.fr/

Lieux de ventes des productions locales en pays de Bray…

Ces lieux ont-ils été ajoutés dans la base OpenStreetMap ? J’en doute fort.
Cela aurait pourtant permis de retrouver ces informations dans de multiples cartes, sites, applis qui utilisent les données OpenStreetMap. 1 contribution des milliers de réutilisations.

C’est pour ça que je parle de silos… quand OSM n’est considéré bien souvent que comme un fond de carte et qu’on n’envisage pas d’y verser la partie générique de ses propres données pour démultiplier les usages de celles-ci.

Cela vient aussi de la difficulté à faire comprendre qu’OSM c’est une base de données bien avant d’être une carte. Mais ça progresse :slight_smile:

1 Like

oui, le retour de Pierre (salut au passage) fait référence à un travail en cours avec ess-france autour de gogocarto pour permettre de la contribution, pour casser ces silos justement.
Boulot en cours avec Carto’cité, Adrien et Sebastian le dev de Gogocarto

2 Likes

Salut @vinber ! On a parlé de toi hier avec Brice Mallet :slight_smile:

C’est vraiment précieux comme rapprochement, big up ! :open_hands:

J’ai eu un appel avec Julien Paris hier (qui travaille avec @johan) qui développe également des cartes (comme Conumm ou Ping) et on se propose d’organiser un rdv/apéroZoom avec les acteurs qui font de la carto (Communecter, gogocarto, startinblox (qui va réaliser une carto pour Energie Partagée), Data-Players).

Le constat : On est tous en train de réaliser des carto de tiers lieux de notre côté, et on multiplie des informations qu’on pourrait (devrait?) mutualiser (sans quoi, c’est la qualité de nos données qui est en péril).

  • OSM avec la coop des tiers lieu
  • Communecter avec France Tiers Lieu
  • Startin Blox avec A+ c’est mieux
  • Julien Paris/Datactivist avec PING et les régions
  • Data-Players avec le PETR Macon Bourgogne et Passerelle Normandie

(et j’imagine qu’il y en a d’autres ahaha)

Peut être l’occasion de répondre à un appel à commun (le sujet de ce fil!) ensemble pour s’acheter du temps pour coopérer ? :slight_smile:

:beers: ?

2 Likes

Tout ça peut figurer dans OSM qui a une batterie de tags pour les tiers lieux:

Quelques stats (en France):

Après libre à chacun de présenter ces informations sur son site, sa carte, avec éventuellement des détails complémentaires s’ils n’ont pas vocation à être partagés via OSM…

Au passage… Communecter a « oublié » l’attribution OSM sur leur fond de carte… ou plutôt elle s’affiche parfois mais pas toujours, bug de CSS ?

3 Likes

j’ai un échange avec Julien (apiviz c’est cela ?) dans la journée :slight_smile:

Yes, c’est lui !

Oui, ça pourrait certainement figurer dans OSM.

La limite dans notre (startingblox, Data-Players) cas c’est qu’on utilise du LinkedData, et que les tags sont un peu limité pour notre objectif à savoir, cartographier des concepts et les liens qui les unissent. (par exemple une personne est lié à une asso parcequ’elle est adhérente/membreduca/bénévole).

OSM pourrait devnir un genre de Transiscope de certaines données, et fonctionner comme aggrégateur.

Bière quand même ?

Bien sûr, et c’est pour ça que je précisais que les détails complémentaires qui n’ont pas vocation à être dans OSM pour rester liés. Cela inclus même des données privées.

On a par exemple des liens OSM <-> wikidata, ce qui permet d’avoir dans OSM les infos qui y sont pertinentes, et d’autres infos dans wikidata. Même si nous ne sommes pas dans les canons du LinkedData, le résultat est le même.

Ceci est très courant dans OSM, où l’on reporte des identifiants externes depuis bien longtemps !

Exemple, un monument historique aura sont identifiant de la base Mérimée qui permet du coup d’obtenir des notices complètes qu’on ne va pas recopier dans OSM. Par contre, on a dans OSM, des données précises sur son emplacement, son emprise et plein de services localisés le concernant, qu’on n’aura pas dans Mérimée (transport en commun ou le parking le plus proche).

1 Like